Eléments de base pour comprendre les systèmes de domification

Repères Astronomiques et l'Horizon : Points Clés et Observations

Les systèmes de domification stipulent comment diviser le méridien local ou l'écliptique pour établir les « maisons astrologiques ».

Bien qu'au fil de l'histoire divers systèmes aient été élaborés, et que plusieurs soient encore en usage aujourd'hui, chacun de ces systèmes s'appuie sur ses propres méthodes et principes distincts.

Afin de saisir pleinement leur mécanisme, il est primordial de se familiariser avec certaines définitions essentielles.

Voici quelques-unes de ces définitions clés pour comprendre le calcul des différents systèmes de domification :

Signes du zodiaque : Ils représentent les 12 divisions équivalentes de l'écliptique, chacune s'étendant sur un arc de 30 degrés d'angle céleste. Ces divisions marquent les segments réguliers sur lesquels le Soleil semble se déplacer au cours de l'année.

Maison astrologique : Ce sont 12 divisions qui correspondent à différents secteurs de la sphère céleste. Elles sont établies à partir de l'Ascendant. La taille de chaque maison peut varier en fonction du système de domification employé. Par exemple, le système Placidus, qui est le plus utilisé, divise le ciel en fonction du temps que met chaque signe à monter à l'horizon, ce qui peut donner des maisons de tailles inégales. D'autres systèmes, comme celui des maisons égales, attribuent exactement 30 degrés à chaque maison, mais cela ne reflète pas la réalité observable partout sur Terre.

Horizon : C'est la ligne distincte qui sépare le ciel de la terre, définissant la portion du ciel observable d'un lieu spécifique à un moment donné. En astrologie, c'est souvent la frontière entre la Maison I (Ascendant) et la Maison VII (Descendant).

Les 4 points majeurs de l'horizon
L'horizon  et l'écliptique
Tous les points de l'horizon
Comprendre l'horizon du point de vue astronomique

Écliptique : C'est le chemin apparent du Soleil à travers le ciel au cours d'une année. L'écliptique est le plan de l'orbite de la Terre autour du Soleil.

Méridien local : C'est la ligne imaginaire qui passe du pôle Nord au pôle Sud, traversant le zénith (le point le plus haut dans le ciel par rapport à un observateur) et le nadir (le point directement opposé au zénith, donc sous l’horizon). Cette ligne divise le ciel en deux, séparant l'est de l'ouest pour l'observateur. Le méridien local représente la longitude céleste de l'observateur. Dans de nombreux systèmes de domification en astrologie, les deux points où cette ligne croise l'écliptique définissent la Maison X (Milieu du Ciel ou MC) et la Maison IV (Fond du Ciel ou FC).

Le Méridien local
QU'est-ce que le méridien local
Méridien local et écliptique
Différence entre méridien local et écliptique

Méridien et Longitude : Dans le contexte géographique, ces deux termes se rapportent à une ligne imaginaire qui va du pôle Nord au pôle Sud. Ils indiquent la position est-ouest d'un point sur Terre. Un méridien est une logitude.

Méridien : Cercle imaginaires qui relie les pôles Nord et Sud. Ils sont donc perpendiculaires à l'équateur.

Longitude : Méridien qui détermine la mesure angulaire qui indique la position d'un point par rapport au méridien de référence de Greenwich dont la longitude est le point 0. Il y a en tout 360 longitudes qui entourent la Terre pour couvrir les 360° d’arc.

Les longitudes
Les longitudes se croisent aux Pôles Nord et SuUd

Les latitudes : Les latitudes sont souvent appelées « parallèles » parce qu'elles sont des cercles parallèles à l'équateur. Chaque latitude est un cercle imaginaire autour de la Terre, et ces cercles ne se croisent jamais, d'où le terme « parallèle ». En se déplaçant du pôle Nord au pôle Sud, la latitude varie de 90°N à 90°S, avec l'équateur représentant la latitude 0°.

Les latitudes
Les latitudes sont parallèles à l'équateur

Est : L'Est se situe à la perpendiculaire du Nord et du Sud sur le plan horizontal (horizon) de la Terre.
Plus précisément, l'Est est défini comme étant la direction qui est perpendiculaire à l'axe des pôles Nord-Sud. Il pointe approximativement vers le point où le Soleil se lève lors des équinoxes. En termes de coordonnées géographiques, une déplacement vers l'Est correspond à une augmentation de la longitude.
Sur une boussole, l'Est est généralement indiqué par la lettre "E" et se situe à 90 degrés par rapport au Nord.

Ouest : L'Ouest se situe à la perpendiculaire du Nord et du Sud sur le plan horizontal (horizon) de la Terre.
Plus précisément, l'Ouest est défini comme étant la direction opposée à l'Est et est perpendiculaire à l'axe des pôles Nord-Sud. Il pointe approximativement vers le point où le Soleil se couche lors des équinoxes. En termes de coordonnées géographiques, un déplacement vers l'Ouest correspond à une diminution de la longitude.
Sur une boussole, l'Ouest est indiqué par la lettre "O" et se situe à 270 degrés par rapport au Nord.

Sphère célèste :C'est une représentation imaginaire de l'univers dans laquelle la Terre est placée au centre. L'axe de rotation de la Terre définit les points Nord et Sud de cette sphère, appelés respectivement le pôle céleste Nord et le pôle céleste Sud.

Sphère céleste
Qu'est-ce que la sphère céleste ?

Les pôles célestes :Les pôles célestes Nord et Sud sont les points imaginaires dans le ciel vers lesquels l'axe de rotation de la Terre pointe.

L'équateur céleste est la projection de l'équateur terrestre sur cette sphère. Il divise la sphère céleste en deux hémisphères : nord et sud.

Ascendant (ASC) : Point de l'écliptique qui croise l'horizon Est au moment de la naissance. Dans la majorité des systèmes de domification, il signifie le commencement de la Maison I.

Descendant (DSC) : Point de l'écliptique qui croise l'horizon Ouest au moment de la naissance. Dans la majorité des systèmes de domification, il signifie le commencement de la Maison VII.

Milieu du Ciel (MC) : Point de l'écliptique qui croise le méridien au-dessus de l'horizon au moment de la naissance. Dans la majorité des systèmes de domification, il signifie le commencement de la Maison X.

Fond du Ciel (FC) : Point de l'écliptique qui croise le méridien en dessous de l'horizon au moment de la naissance. Dans la majorité des systèmes de domification, il signifie le commencement de la Maison IV.

Grand cercle vertical : Sur une représentation comme un globe terrestre ou une carte céleste, un "grand cercle vertical" désigne le cercle qui passe par le zénith, le nadir, et les points de lever et de coucher d'un astre. Ces grands cercles sont perpendiculaires à l'horizon de l'observateur.

Arc dirune et nocturne : Lorsqu'on parle d'arc diurne et d'arc nocturne en astrologie, on se réfère à la division de l'écliptique, la trajectoire apparente du Soleil autour de la Terre, en fonction de son mouvement au-dessus de l'horizon.

  • L'arc diurne représente la portion de l'écliptique parcourue par le Soleil pendant la journée, depuis son lever jusqu'à son coucher. Cela implique que l'écliptique est divisée en deux parties : la partie au-dessus de l'horizon (arc diurne) et la partie en dessous de l'horizon (arc nocturne) pendant la journée.
  • L'arc nocturne, quant à lui, correspond à la portion de l'écliptique parcourue par le Soleil pendant la nuit, depuis son coucher jusqu'à son lever, lorsque le Soleil est situé sous l'horizon.

Ces divisions de l'écliptique en arc diurne et arc nocturne sont utilisées pour déterminer les positions des planètes dans les maisons astrologiques, en particulier dans les systèmes de domification astrologique qui sont basés sur le facteur temps et l'emplacement du Soleil par rapport à l'horizon au moment de la naissance.

Déclinaison : Position d'un objet céleste sur un plan vertical, indiquant sa « hauteur » par rapport à l'équateur céleste. Elle se calcul en degré d’angle pour un total de 180° d’arc.

  • Au-dessus de l'équateur : de 0° à +90°
  • En dessous de l'équateur : de 0° à -90°

Ascension droite : Position d'un objet céleste sur un plan horizontal, mesurée en temps depuis le point vernal (là où le Soleil traverse l'équateur céleste lors de l'équinoxe de printemps). Elle se déplace vers l'Est autour de la sphère céleste pour un total de 24 heures.

Système de coordonnées célestes
Ascension droite et déclinaison

Les différents systèmes de domifications les plus connus.

Maisons égales :  Antiquité

Époque : Antiquité
Description : Le système des maisons égales définit l'ascendant comme étant la cuspide de la première maison, chaque maison ayant la même taille ("égale") de 30°.

Le système des maisons égales définit l'ascendant comme étant la cuspide de la première maison. Chaque maison a la même taille ("égale") qui est d'exactement 30°. La 10ème cuspide de maison ne coïncide donc pas avec le MC mais se situe perpendiculairement à l'ascendant et forme donc le point le plus élevé du zodiaque au-dessus de l'horizon.

Le système des maisons égales est utilisé depuis l'antiquité.

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm

Ici, le zodiaque est divisé en segments égaux de trente degrés, l'Ascendant marquant le sommet de la première maison ou situé à l'intérieur de celle-ci. Le Medium Coeli, en revanche, ne doit pas nécessairement être dans la dixième maison mais peut être situé n'importe où entre la huitième et la onzième maison. Les signes interceptés ne se produisent pas dans les systèmes de maisons égales. Le système de maison Whole Sign est le système de maison le plus ancien de tous. Là, le signe de l'Ascendant est la première maison, avec l'Ascendant quelque part dedans.

Source : https://www.astro.com/astrowiki/en/House_System#Equal_House_Systems


Maisons égales (MC) : Antiquité

Époque : Antiquité
Description : Ce système de domification place le MC sur la cuspide de la 10ème maison, avec chaque maison ayant une taille égale de 30°.

Ce système de domification place le MC sur la cuspide de la 10ème maison. Chaque maison a la même taille ("égale") qui est d'exactement 30°. L'ascendant ne correspond en général pas à la cuspide de la 1ère maison.

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm


Signes entiers : Antiquité

Époque : Antiquité
Description : Le système des maisons des signes entiers considère l'ensemble du signe du zodiaque comme étant les maison, le signe dans lequel se situe l'ascendant est la première maison, le signe suivant est la seconde maison et ainsi de suite, chaque maison correspondant toujours à un signe du zodiaque entiers.

Le système des maisons des signes entiers considère l'ensemble du signe du zodiaque dans lequel se situe l'ascendant comme étant la première maison. Le signe du zodiaque suivant est la seconde maison et ainsi de suite. Ici, les maisons correspondant toujours à des signes du zodiaque entiers. Les maisons des signes entiers entrent dans la catégorie des maisons égales ("même taille").

Le système des maisons des signes entiers est utilisé depuis l'antiquité et de nos jours, il est particulièrement populaire dans l'astrologie sidérale hindou.

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm

Signes entiers, 1ère maison = Bélier : Antiquité

Époque : Antiquité
Description : Ici c'est pareil mise à part le fait que la première Maison débute où commence le signe du Bélier. Ainsi signe et maisons sont identiques, puisque chaque maison correspond aux signes du zodiaque..

Porphyre : 3e siècle

Époque : 3e siècle
Concepteur : Porphyre (234-305)
Description : Le système de domification de Porphyre divise l'écliptique en 4 cadrans, chacun divisé par 3 segments égales.

Dans le système de maisons de Porphyre, la cuspide de la 10ème maison est le Milieu du Ciel (MC), qui correspond au midi.

Les 4 cadrans :

  1. La 1ère maison, ou Ascendant.
  2. La 4ème maison, ou Fond du Ciel (Imum Coeli ou IC).
  3. La 7ème maison, ou Descendant.
  4. La 10ème maison, ou Milieu du Ciel (Medium Coeli ou MC).

 

  1. Le 1er cadran : maison 1 (ASC), 2 et 3.
  2. Le 2ème cadran : maiosn 4 (FC), 5 et 6
  3. Le 3ème cadran : maison 7 (DSC), 8 et 9.
  4. Le 4ème cadran : maiosn 10 (MC), 11 et 12

 

Alcabitius : 10e siècle

Époque : 10e siècle
Concepteur : Abd al-Aziz ibn Uthman al-Qabisi (Alcabitius, †967)
Description : Le système de domification Alcabitius divise l'arc diurne de l'ascendant en six segments de taille égale.

Les cercles méridiens dans le système de domification d'Alcabitius partent des pôles nord et sud de la sphère céleste et passent par les points de division de l'arc diurne et nocturne obtenus à partir de l'ascendant.

Le système de domification Alcabitius divise l'arc diurne de l'ascendant en six segments de taille égale.

Des cercles méridiens sont alors tracés au travers des segments ainsi créés. Les points d'intersection entre les cercles et l'écliptique marquent les cuspides des maisons Alcabitius. Les autres cuspides de maison peuvent être calculées en ajoutant respectivement 180°. On peut de la même manière diviser l'arc nocturne en six parties et tracer des cercles méridiens à travers les parties ainsi créés.

Avec cette méthode, l'ascendant et le MC sont identiques aux cuspides des maisons 1 et 10.

Le système de domification Alcabitius accorde une grande importance à l'axe ascendant/descendant car l'ampleur de la division est déterminée par l'arc diurne du degré zodiacal de l'ascendant au moment de la naissance.

Ce système de domification doit son nom à l'astrologue arabe Abd al-Aziz ibn Uthman al-Qabisi (en latin Alcabitius, †967).

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm


Sripati : 11e siècle

Époque : 1019 - 1066
Sripati : Adaptation du système Porphyre
Concepteur : Śrīpati ou Shri-pati , astronome , astrologue et mathématicien indien

Description :

Dans le système de domification Sripati, on commence par calculer les cuspides de maisons selon le système de Porphyre, c'est-à-dire que chaque quadrant est divisé en trois maisons de taille égale. Ensuite, la cuspide de chaque maison est déplacée sur le milieu de la maison précédente.

Dans ce système de maisons, l'ascendant et le MC ne correspondant pas aux cuspides des maisons 1 et 10.

Le système de maisons Sripati trouve ses origines dans l'astrologie hindou.

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm



Les cuspides de chaque nouvelle maison seront le point médian entre la dernière et l’actuelle. Ainsi la maison 1 sera égale à :

  • H1' = (H1 - H12) / 2 + H12
  • H2' = (H2 - H1) / 2 + H1

 

Et ainsi de suite.

Source : https://www.astro.com/swisseph/swisseph.htm#_Toc112511764

 

Campanus : 13e siècle

Époque : 13e siècle (1233-1296)
Concepteur : Giovanni Campani
Description : Le système de domification de Campanus divise l'espace céleste au-dessus et en-dessous de l'horizon en douze parties égales, basé sur l'espace.

Le système de domification de Campanus divise l'espace céleste au-dessus et en-dessous de l'horizon en douze parties égales telle une orange. L'axe' de cette 'orange' est aligné sur l'horizon et dirigé du nord vers le sud. La division en douze parties se fait sur le premier vertical, c.-à-d. le grand cercle passant par le point cardinal est, le zénith, le point cardinal ouest et le nadir. Les cuspides/pointes de maison de Campanus se trouvent sur les points d'intersection entre les parties ou les 'tranches' de l'orange' et le zodiaque.

Le système de Campanus divise l'espace et est donc considéré comme un système de maisons basé sur l'espace.

Ce système de maisons doit son nom au mathématicien italien Campanus of Novara (1220-1296).

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm



Ce système a été développé par Giovanni Campani (1233-1296). Dans le système de maisons Campanus, la Première Verticale (le grand cercle qui englobe les points Est et Ouest de l'horizon et s'étend du zénith au nadir ) est divisée par douze. Ces divisions sont ensuite projetées sur l'écliptique le long de grands cercles qui se rejoignent aux points Nord et Sud de l'horizon. Les cuspides de la maison sont situées aux points où les douze cercles traversent l'écliptique.

Source : http://www.astro.com/astrowiki/en/House_System#Campanus



Regiomontanus : 15e siècle

Époque : Renaissance
Concepteur : Johannes Müller von Königsberg
Description : Le système de domification de Regiomontanus divise l'équateur céleste en douze parties égales, basé sur l'espace.

Le système de domification de Regiomontanus divise l'équateur céleste en douze parties égales. De grands cercles sont alors tracés à travers ces segments du point nord vers le point sud. Les points de croisement de ces lignes avec l'écliptique (le zodiaque) composent les cuspides/pointes des maisons selon Regiomontanus. Regiomontanus. Comme pour le système de Campanus, le ciel est divisé comme une orange mais les différentes parties de cette 'orange' ont aussi différentes tailles.   

Le système de domification de Regiomontanus est considéré comme un système de maisons basé sur l'espace.

Ce système de maisons doit son nom au mathématicien, astronome et astrologue allemand Regiomontanus (Johannes Müller of Königsberg, 1436-1476), mais a été inventé par l'astrologue juif espagnol Abrahma ibn Esra (-1167).

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm

 

Dans ce système, développé par le mathématicien, astronome et astrologue Regiomontanus (Johannes Müller, 1436-1476), la sphère céleste est divisée en douze segments égaux de trente degrés. Ces divisions sont projetées sur l'écliptique le long de grands cercles qui englobent les points Nord et Sud de l'horizon. Les positions des maisons sont marquées par les points où les grands cercles traversent la sphère céleste.

Sourcec : https://www.astro.com/astrowiki/en/House_System#Regiomontanus



Placidus : 17e siècle

Époque : Renaissance
Année : 17e siècle (1603-1668)
Concepteur : Placidus de Titis
Description : Le système de domification de Placidus divise les phases de mouvement des corps célestes au-dessus et en-dessous de l'horizon en parts de taille égale, basé sur le facteur temps.

Le système de domification de Placidus divise les phases de mouvement des corps célestes au-dessus et en-dessous de l'horizon en parts de taille égale. Une planète sur la cuspide de la douzième maison, par exemple, a déjà couvert 1/6 de ce que l'on nomme son arc diurne, une planète située sur la onzième maison 2/6, une planète sur le MC aura couvert 3/6 ou la moitié de son arc diurne etc. Les maisons en dessous de la ligne de l'horizon divisent ce que l'on appelle l'arc nocturne' des étoiles et des planètes.

Le système de Placidus divise donc les mouvements célestes et est de ce fait considéré comme un système basé sur le facteur temps.

Pour des raisons mathématiques, il n'est pas possible de calculer les maisons de Placidus pour les régions situées au-delà des cercles polaires.

Le système de domification de Placidus doit son nom au moine et mathématicien italien Placidus de Titis (1603-1668) mais il a été inventé par l'astronome et mathématicien Giovanni Antonio Magini (1555-1617).

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm



Le système de maisons Placidus, également anciennement connu sous le nom de méthode ptolémaïque , est un système qui peut être décrit comme un « système de mouvement de maison proportionnel au temps » . Cela contraste avec les systèmes spatiaux qui sont construits sur de grands cercles astronomiques plutôt que sur des courbes temporelles.
Il a gagné en popularité à la fin de la Renaissance, mais l’origine du système n’a pas été clarifiée à ce jour. Trop d’œuvres originales en arabe, encore en attente de traduction, pourraient contenir des précurseurs du système Placidus.

Source : https://www.astro.com/astrowiki/en/Placidus_House_System



Koch : 19e siècle

Époque : 19e siècle
Année : 1843
Concepteur : Walter Koch
Description : Le système de domification de Koch, également appelé "système de maisons du lieu de naissance," est basé sur le laps de temps que le zodiaque du MC a passé au-delà de l'horizon depuis son lever, divisant les mouvements célestes en fonction du temps.

Le système de domification de Koch (appelé aussi "système de maisons du lieu de naissance") est défini par des lignes de l'horizon à différents moments du jour de naissance. Nous calculons le laps de temps que le zodiaque du MC a passé au-delà de l'horizon depuis son lever. La cuspide/pointe de la douzième maison correspond à la position de l'ascendant après écoulement d'1/3 de ce temps, la cuspide de la onzième maison correspond à la position de l'ascendant après écoulement des 2/3 de ce temps. Les cuspides des maisons 9 et 8 sont respectivement liées à 1/3 et 2/3 de ce laps de temps suivant la naissance.

Par conséquent, le système de domification de Koch accorde une attention spéciale à l'axe MC-IC car l'étendue de la division est prédéfinie par l'arc diurne du degré zodiacal qu'affichait le MC au moment de la naissance. Comme pour Placidus, le système Koch divise les mouvements célestes et est donc considéré comme un système basé sur le facteur temps.

Pour des raisons mathématiques, il n'est pas possible de calculer les maisons de Koch pour les régions situées au-delà des cercles polaires.

Le système de domification de Koch doit son nom à l'astrologue allemand Walter Koch (1895-1970) mais a en fait été inventé par Fiedrich Zanzinger (1913-1967) et Heinz Specht (1925-).

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm

 

Synonymes :

  • En allemand : Geburtsorts-Häuser (GOH) ou Geburtsorts-Häusersystem (GOHS) [2]
  • En anglais : méthode du lieu de naissance (BPM)

Le système de maison Placidus , également anciennement connu sous le nom de méthode ptolémaïque , est un système qui peut être décrit comme un « système de mouvement de maison proportionnel au temps » . Cela contraste avec les systèmes spatiaux qui sont construits sur des grands cercles astronomiques plutôt que sur des courbes temporelles.

Le système Placidus a gagné en popularité à la fin de la Renaissance, mais son origine n'a pas été clarifiée à ce jour. Trop d’œuvres originales en arabe, encore en attente de traduction, pourraient en contenir des précurseurs. [3]

Le système de maison Koch est le système le plus couramment utilisé après Placidus et le système de maison topocentrique . Il est à l'origine connu sous l'acronyme « GOH » (= Geburtsorthäuser.) Il a été fortement promu par l'astrologue allemand Walter Koch et présenté officiellement par lui en 1964 ; les tableaux correspondants ont également été publiés sous son nom dans une brochure en 1971. De nombreux astrologues suisses y travaillent aujourd'hui, notamment l' école Huber , mais aussi Claude Weiss .

Un inconvénient de ce système qui a parfois été critiqué est que les cuspides de la maison Koch ne sont définies que comme des points sur l'écliptique, et non comme des lignes qui subdivisent l'ensemble de la sphère céleste. Il ne peut donc pas être utilisé pour certaines méthodes de pronostic, comme les Orientations Primaires par exemple.

Source : https://www.astro.com/astrowiki/en/Koch_House_System

 

Vehlow : 20e siècle

Époque : Moderne
Concepteur : Johannes Vehlow (1890-1958)
Description : Le système de domification de Vehlow place l'ascendant exactement au milieu de la première maison et n'a pas le MC coïncidant avec une cuspide de maison.

Le système de domification de Vehlow fait partie du système des maisons égales ("même taille"). Ici, l'ascendant est placé exactement au milieu de la première maison. L'ascendant et le MC ne coïncident donc pas avec une cuspide de maison.

Le système de domification de Vehlow doit son nom à l'astrologue allemand Johannes Vehlow (1890-1958).

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm


Morinus : 17e siècle

Époque : Renaissance
Concepteur : Jean-Baptiste Morin (Morinus, 1583-1656)
Description : Le système de maison de Morin divise l'équateur céleste en douze segments à partir du méridien.


Dans le système de maison de Morin, l'équateur céleste est divisé en douze segments de taille égale à partir du méridien. Les points de segment de l'équateur sont ensuite convertis selon le système de coordonnées de l'écliptique. Les longitudes écliptiques de ces points correspondent alors aux douze cuspides de maisons.

Avec le système de domification Morin, la cuspide de la 10ème maison est un peu décalée par rapport au MC. De la même manière, la cuspide de la 1ère maison n'est pas identique à l'ascendant.

Ce système de domification porte le nom du philosophe, mathématicien et astrologue français Jean-Baptiste Morin (en latin Morinus, 1583-1656).

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm



APC : 20e siècle

 

Concepteur : Leo Knegt (1882-1957)

Description : Dans le cadre du système de maisons APC, le calcul des cuspides des maisons est une division en part égales de l'arc diurne et de l'arc nocturne en partant de l'ascendant. Ensuite on dessine des grands cercles qui se rejoignent aux pôles SUD et NORD en passant par ces points divisés. Les points où ces grands cercles croisent l'écliptique définissent les cuspides des maisons selon le modèle APC.

Conformément à ce système, la cuspide de la première maison correspond exactement au point de l'ascendant, tandis que la cuspide de la dixième maison coïncide avec le MC, ou Milieu du Ciel. Il est toutefois important de noter une particularité de ce système : les cuspides des maisons 12-6, 11-5, 2-8, et 3-9 ne se positionnent pas en parfaite opposition les unes aux autres.


L'arc diurne et l'arc nocturne de l'ascendant sont tous deux divisés en segments de taille égale. De grands cercles sont alors tracés au travers de ces points de segment, et cela du point nord vers le point sud. Les intersections de ces cercles avec l'écliptique constituent les cuspides de maisons APC.

Dans le système de maisons APC, la 1ère cuspide de maison est identique à l'ascendant et la 10ème cuspide de maison concorde avec le MC. Il est cependant nécessaire de préciser que les cuspides de maisons 12-6, 11-5, 2-8, and 3-9 ne sont pas tout à fait à l'opposé les unes des autres.

Ce système de maisons a été développé par l'astrologue néerlandais Leo Knegt (1882-1957) et est utilisée par le groupe de travail néerlandais Werkgemeenschap van Astrologen (WvA, aka “Ram school”).

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm


Ce système de maison a été introduit par l'astrologue néerlandais L. Knegt et est utilisé par la Werkgemeenschap van Astrologen (WvA, également connue sous le nom d'« école Ram »).

Le parallèle de déclinaison qui passe par l'ascendant est divisé en six parties égales au-dessus et au-dessous de l'horizon. Des cercles de position passant par les points nord et sud de l'horizon sont tracés à travers les points de division. Les cuspides de la maison sont l'endroit où les cercles de position croisent l'écliptique.

Notez que les cuspides de la maison 11, 12, 2 et 3 ne sont pas exactement opposées aux cuspides 5, 6, 8 et 9.

Source : https://www.astro.com/swisseph/swisseph.htm

 

Pullen SD (Néo-Porphyre) : 1994

 

Adaptation de : Prophyre
Concepteur : Walter Pullen (né en 1971)
Année : 1994
Citation :

Dans le système de domification Pullen Sinusoidal Delta (connu aussi sous le nom de système de maisons néo-porphyre), la taille des maisons est déterminée à partir d'une fonction sinus selon la taille des quadrants. Vous trouverez des informations plus détaillées sur le processus mathématique en question dans la documentation Swiss Ephemeris aux chapitres 6.1.5.3 .
L'une des particularités de ce système de maisons est le fait que lorsqu'un quadrant est plus petit que 30°, la maison centrale du quadrant a une taille de 0.
Ce système de maisons a été inventé en 1994 par l'astrologue américain Walter Pullen (né en 1971), l'auteur du logiciel d'astrologie Astrolog.

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm



Swiss Ephemeris aux chapitres 6.1.5.3 .

4.   Pullen SR (Sinusoidal Ratio)

Le 24 janvier 2016, lors de la discussion susmentionnée au sein du groupe Yahoo Swiss Ephemeris, Walter Pullen a proposé une meilleure solution d’une division sinusoïdale des quadrants, qui ne souffre pas du même problème. Voici ce qu’il a écrit :
« Il est possible de faire autre chose que simplement ajouter des décalages sinusoïdaux aux maisons (le système de maison « delta sinusoïdal » ci-dessus). Au lieu de cela, proportionnons ou ratios les tailles entières de la maison les unes par rapport aux autres en fonction des constantes d’onde sinusoïdale, ou multiplions au lieu d’additionner. Cela se traduit par l’utilisation d’un « rapport sinusoïdal » au lieu d’un « delta sinusoïdal », de sorte que cette méthode alternative pourrait être appelée « maisons à rapport sinusoïdal ». Comme précédemment, soit « x » la plus petite maison du quadrant compressé. Il y a un rapport « r » multiplié par pour obtenir les maisons 10 et 12 légèrement plus grandes. La valeur « r » commence à 1,0 pour les quadrants de 90 degrés et augmente progressivement à mesure que la taille des quadrants diffère. Les maisons du grand quadrant ont « r » multiplié par « x » 3 fois (ou 4 fois pour le plus grand quadrant). Il en résulte la distribution (0r, 1r, 3r, 4r) de l’onde sinusoïdale ci-dessus. Ceci est résumé dans le tableau ci-dessous :
« rapport sinusoïdal » maisons


Asc            12th         11th          MC           9th           8th           7th
|                |               |               |               |               |               |
+----------+----------+----------+----------+----------+----------+
angle         angle        angle        angle        angle        angle
rx              x              rx             r3x            r4x            r3x


« Les valeurs uniques de « r » et « x » peuvent être calculées sur la base de la taille du quadrant « q », étant donné les équations rx + x + rx = q, r3x + r4x + r3x = 180 - q. »

https://groups.yahoo.com/neo/groups/swisseph/conversations/topics/5579

Source : https://www.astro.com/swisseph/swisseph.htm#_Toc112511778

Krusinski-Pisa-Goelzer

Année : 1994/1995
Concepteur :  Krusinski/Pise/Goelzer ?

Dans ce système de domification, un grand cercle virtuel est tout d'abord tracé à travers l'ascendant, le zénith, le descendant et le nadir. Celui-ci est ensuite divisé en 12 segments de taille identique et des cercles méridiens sont tracés au travers des points de segment qui en résultent. Les cuspides/pointes des maisons se trouvent sur les points de croisement des cercles méridiens avec l'écliptique.

Avec cette méthode, l'ascendant et le MC sont identiques aux cuspides des maisons 1 et 10.

Ce système de domification a été inventé par trois astrologues indépendamment l'un de l'autre: le Polonais Bogdan Krusinski (1995), le Tchèque Milan Pisa (1994) et le Suisse Georg Goelzer (1993).

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm



Ce système de maison a été publié pour la première fois en 1994/1995 par trois auteurs différents indépendamment les uns des autres :

  • par Bogdan Krusinski (Pologne).
  • par Milan Pise (République Tchèque) sous le nom de « Système de maisons amphores ».
  • par Georg Goelzer (Suisse) sous le nom de « Ich-Kreis-Häusersystem » (« système de maisons en I »).

Krusinski définit le système de la maison comme « ... basé sur le grand cercle passant par l’Ascendant et le Zénith. Ce cercle est divisé en 12 parties égales (la 1ère cuspide est ascendante, la 10ème cuspide est zénith), puis les points résultants sont projetés sur l’écliptique à travers des cercles méridiens. Les cuspides de la maison dans l’espace sont des demi-cercles perpendiculaires à l’équateur et allant du pôle céleste nord au pôle sud à travers les pointes résultantes sur le cercle de la maison. Les points où ils traversent l’écliptique marquent les cuspides de la maison de l’écliptique. (Krusinski, e-mail à Dieter Koch)

Il peut sembler difficile de croire que trois personnes aient pu découvrir le même système de maison presque en même temps. Mais apparemment, c’est ce qui s’est passé. D’autres détails sont donnés ici, afin de réfuter les accusations erronées de la partie tchèque contre Krusinski d’avoir « volé » le système de la maison.

Parmi les documents que Milan Pisa a envoyés à Dieter Koch, il convient de mentionner :
Correspondance privée de 1994 et 1995 sur le système des maisons entre Pise et les astrologues allemands Böer et Schubert-Weller, deux traités dactylographiés (apparemment inédits) en allemand sur le système des maisons datés de 1994.
Un livret imprimé de 16 pages en tchèque de 1997 sur la théorie du système des maisons (« Algoritmy noveho systemu astrologickych domu »).
Tables de maison calculées par Michael Cifka pour la latitude géographique de Prague, protégées par le droit d’auteur à partir de 1996.
Le système de maison a été inclus dans le logiciel d’astrologie tchèque Astrolog v. 3.2 (APAS) en 1998.
La première publication de Pise sur le système des maisons a eu lieu au printemps 1997 dans « Konstelace » n° 22, le périodique de la Société tchèque d’astrologie.

Bogdan Krusinski a publié pour la première fois le système de maisons lors d’un congrès astrologique en Pologne, le « XIV Szkola Astrologii Humanistycznej » organisé par le Dr Leszek Weres, qui a eu lieu entre le 15.08.1995 et le 28.08.1995 à Pogorzelica aux dépens de la mer Baltique.
Depuis lors, Krusinski a distribué des tables de maison imprimées pour les latitudes géographiques polonaises de 49 à 55° et des disquettes avec des tables de maison pour les latitudes de 0 à 90 °.
En 1996, il a proposé son code de programme à Astrodienst pour l’implémentation de ce système de maison dans le logiciel astronomique d’Astrodienst, Placalc. (À l’époque, cependant, Astrodienst ne s’y intéressait pas.)
En mai 1997, Krusinski a mis les données sur le Web à l’adresse suivante :

http://www.ci.uw.edu.pl/~bogdan/astrol.htm  
(now at http://www.astrologia.pl/main/domy.html ).

En février 2006, il a envoyé à Astrodienst le code de programme compatible avec les éphémérides suisses en C pour ce système domestique. Ce code a été inclus dans Swiss Ephemeris Version 1.70 et publié le 8 mars 2006.

Georg Goelzer décrit le même système de maison dans son livre « Der Ich-Kosmos », paru en juillet 1995 à Dornach, en Suisse (Goetheanum). Le livre a un deuxième volume avec des tables de maison selon la méthode de maison dont il est question. Les tables maison ont été créées par Ulrich Leyde. Goelzer utilise également un programme de calcul de maison qui a l'horodatage « 9 avril 1993 » et produit les mêmes cuspides de maison.

En mars 2006, lorsque le système des maisons a été inclus dans les éphémérides suisses sous le nom de « maisons Krusinski », ni Krusinski ni Astrodienst ne connaissaient les travaux de Pise et de Goelzer. Goelzer n'a entendu parler de ses co-découvreurs qu'en 2012 et a ensuite contacté Astrodienst.

Conclusion : Il semble que le système des maisons ait été « découvert » et publié pour la première fois par Goelzer, mais que Pise et Krusinski l'aient également « découvert » indépendamment. Nous ne considérons pas cela comme un grand miracle car le nombre de constructions de maisons possibles est assez limité.

Source : https://www.astro.com/swisseph/swisseph.htm#_Toc112511778

 

Polich-Page (topocentrique )

Époque : Moderne
Concepteurs : Wendel Polich, Anthony Nelson Page
Description : Le système de domification Polich-Page divise l'arc diurne et nocturne en segments de taille égale, basé sur le facteur temps.


Le système de domification Polich-Page (appelé aussi système de maisons topocentriques) s'explique mathématiquement comme suit: la tangente des hauteurs des pôles des maisons intermédiaires correspond à un ou deux tiers de la tangente de la hauteur du pôle de l'ascendant, c'est-à-dire la latitude géographie du lieu de naissance. Les différentes cuspides des maisons se trouvent sur les grands cercles qui croisent l'équateur céleste à intervalles réguliers de 30°.Dans les latitudes basses et moyennes, les cuspides de maison topocentriques sont en général décalées de moins d'un degré des cuspides des maisons placidiennes. Les différences sont uniquement plus marquées à l'approche et au-delà des cercles polaires.

Au-delà des cercles polaires, le système de domification Polich-Page génère parfois des positions de maisons absurdes et irréalistes.

Ce système de domification a été inventé par l'astrologue hongro-argentin Wendel Polich (1892-1979) et l'astrologue anglo-argentin Anthony Nelson Page (1919-1970).

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm



Ce système a été introduit en 1961 par Wendel Polich et AP Nelson Page. Sa construction est plutôt abstraite : La tangente de la hauteur polaire de la maison 11 est la tangente de la géo. latitude divisée par 3. (les 2/3 sont pris pour la cuspide de la 12ème maison.) Les raisons philosophiques de cet algorithme sont obscures. Ce système de maison n'est pas non plus plus « topocentrique » (c'est-à-dire lié au lieu de naissance) que tout autre système de maison. (cf le malentendu avec le « système des lieux de naissance ».) Les cuspides des maisons « topocentriques » sont proches des cuspides des maisons Placidus sauf pour les hautes latitudes géographiques. Cela fonctionne également pour les latitudes au-delà des cercles polaires, c'est pourquoi certains considèrent qu'il s'agit d'une amélioration du système Placidus. Cependant, l'idée philosophique frappante derrière Placidus, à savoir la division des arcs diurnes et nocturnes des points du zodiaque, est complètement abandonnée.

Source : https://www.astro.com/swisseph/swisseph.htm


Carter (poli-équatorial) Système de maison

Époque : Moderne
Concepteur : Charles Carter (1887)


Dans ce système de domification, la sphère céleste est divisée telle une 'orange' en 12 segments identiques. L'axe de cette orange passe par les pôles célestes alors que son 'équateur' repose sur l'équateur céleste (d'où le nom de 'poli- équatorial'). Les cuspides des maisons se trouvent donc sur les méridiens. Le méridien de la 1ère maison passe par l'ascendant. Les méridiens des autres maisons suivent à intervalle régulier de 30°.

Dans ce système de maisons, la 1ère cuspide de maison est identique à l'ascendant mais la 10ème cuspide de maison n'est pas identique au MC.

Ce système de maisons a été inventé par l'astrologue anglais Charles Carter (1887-1968).

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm



The equator is partitioned into 12 equal parts starting from the right ascension of the ascendant. Then the ecliptic points are computed that have these divisions as their right ascension. Note: The MC is different from the 10th house cusp.

The prefix “poli-“ might stand for “polar”. (Speculation by DK.)

Carter’s own words:

“...the houses are demarcated by circles passing through the celestial poles and dividing the equator into twelve equal arcs, the cusp of the 1st house passing through the ascendant. This system, therefore, agrees with the natural rotation of the heavens and also produces, as the Ptolemaic (equal) does not, distinctive cusps for each house ...”

·       Charles Carter (1947, 2nd ed. 1978) Essays on the Foundations of Astrology. Theosophical Publishing House, London. p. 158-159.

·       http://www.exeterastrologygroup.org.uk/2014/12/charles-carters-forgotten-house-system.html

Source : https://www.astro.com/swisseph/swisseph.htm


 

 

Méridien :

Description : Le système méridien divise l'espace céleste en douze parties égales à partir du méridien, basé sur l'espace et le temps.


Similaire au système Campanus, le système méridien ressemble à une orange bien proportionnée, sauf que que l'axe de cette 'orange' n'est pas placé sur l'horizon mais passe par les pôles célestes. En fait, l'équateur céleste est divisé en douze segments de taille égale à partir du méridien. Des cercles méridiens sont alors tracés à partir de ces points de segment. Les cuspides/pointes des maisons méridiennes se trouvent sur les points d'intersection entre ces cercles et l'écliptique.

Dans le système des maisons méridiennes, le MC correspond à la cuspide/pointe de la 10ème maison mais l'ascendant ne correspond pas à la cuspide de la 1ère maison.

Le système méridien peut être considéré comme une segmentation de la sphère céleste basée aussi bien sur la notion de temps que sur la notion d'espace. Chaque segment de l'orange' s'étend sur exactement 30° et 2 heures de temps sidéral.

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm


Sunshine

Concepteur : Bob Makransky

Epoque : 1988


Le système de domification Sunshine divise l'arc diurne et l'arc nocturne du soleil en six segments de taille égale. De grands cercles sont alors tracés au travers de ces points de segment, et cela du point nord vers le point sud. Les intersections de ces cercles avec l'écliptique constituent les cuspides de maisons Sunshine.

Dans le système de maisons Sunshine, la cuspide de la 1ère maison correspond à l'ascendant et la cuspide de la 10ème maison est identique au MC. Cependant, les cuspides de maisons 12-6, 11-5, 2-8, and 3-9 ne sont pas tout à fait à l'opposé les unes des autres.

Ce système de maisons a été inventé par l'astrologue américain Bob Makransky (né en 1947).

Source : https://www.astro.com/faq/fq_fh_owhouse_f.htm



Ce système de maison a été inventé par Bob Makransky et publié en 1988 dans son livre Primary Directions. A Primer of Calculation (téléchargement gratuit : http://www.dearbrutus.com/buyprimarydirections.html).

Les arcs diurnes et nocturnes du Soleil sont trisectés, et de grands cercles sont tracés à travers ces points de trisection et les points nord et sud de l'horizon. Les points d'intersection de ces grands cercles avec l'écliptique sont les cuspides de la maison. Notez que les cuspides 11, 12, 2 et 3 ne sont pas exactement en opposition avec les cuspides 5, 6, 8 et 9.

Pour la région polaire et pendant les périodes où le Soleil ne se lève ni ne se couche, l'arc diurne et nocturne est supposé être soit de 180°, soit de 0°. Si l'arc diurne est de 0°, les cuspides 8 à 12 de la maison coïncident avec le méridien. Si l'arc nocturne est de 0°, les cuspides 2 à 6 coïncident avec le méridien. Comme pour le système Regiomontanus étroitement lié, un MC sous l'horizon et un IC au-dessus de l'horizon sont échangés.

Source : https://www.astro.com/swisseph/swisseph.htm

 

  1. Maisons égales : Antiquité (Espace)
  2. Égales, signes entiers (Whole Sign) : Antiquité (Espace)
  3. Signes entiers, 1ère maison = Bélier : Antiquité (Espace)
  4. Porphyre : 3e siècle (Espace)
  5. Alcabitius : 10e siècle (Temps)
  6. Sripati : 11e siècle (1019 - 1066) (Espace)
  7. Campanus : 13e siècle (1233-1296) (Espace)
  8. Regiomontanus : 15e siècle (Espace)
  9. Placidus : 17e siècle (1603-1668) (Temps)
  10. Morin : 17e siècle (Espace)
  11. Carter (poli-équatorial) : Moderne (1887) (Espace)
  12. Polich/Page ("topocentrique") : Moderne (1961) (Temps)
  13. Sunshine : Moderne (1988) (Temps)
  14. Koch : 19e siècle (1843) (Temps)
  15. Pullen S-delta : 1994 (Temps)
  16. Krusinski-Pisa-Goelzer : Fin 20e siècle (1994/1995) (Espace)
  17. Pullen S-ratio : 24 janvier 2016 (Temps)
  18. APC : 20e siècle (Espace)
  19. Égales Vehlow : 20e siècle (Espace)
  20. Égales/MC : Information non précisée (Espace)
  21. Égales : Information non précisée (Espace)
  22. Horizon/azimut : Information non précisée (Espace)
  23. Sunshine alternatif : Information non précisée (Temps)
  24. Système rotation axiale/méridien : Information non précisée (Espace)


Les systèmes qui sont classifiés ici comme "Temps" sont ceux qui tiennent compte de la rotation de la Terre et la position temporelle des astres (souvent en se basant sur le mouvement diurne) pour déterminer les cuspides des maisons. Les systèmes classifiés comme "Espace" sont ceux qui utilisent des divisions géométriques de l'espace céleste, comme des cercles ou des points fixes, pour délimiter les maisons.

 


Dans l'astrologie traditionnelle et moderne, il y a effectivement des systèmes de maisons qui essaient de combiner des éléments basés sur le temps et sur l'espace. Le système de Placidus, par exemple, bien que principalement basé sur le temps, prend en compte aussi les divisions de l'espace puisque le MC et l'Ascendant sont des points importants qui définissent les cuspides des maisons.

Voici quelques systèmes qui tentent de combiner les deux principes :

  • Placidus : Bien qu'il soit classé comme un système basé sur le temps car il divise les maisons en fonction de l'arc diurne des astres, il intègre également des éléments spatiaux car le MC est utilisé comme la cuspide de la 10e maison, et l'Ascendant comme la cuspide de la 1ère maison.

  • Polich/Page ("topocentrique") : Il utilise la tangente de la hauteur des pôles des maisons qui est dérivée de la latitude géographique (un élément spatial), mais les maisons sont également construites en prenant en compte les arcs diurnes (un élément temporel).

  • Morin : Le système de Morin utilise les principes de la division de l'espace en segmentant l'équateur céleste, mais il place le MC en décalage avec la cuspide de la 10e maison, introduisant une considération temporelle.

  • Système Méridien (parfois connu sous le nom de "Midheaven/Equal House") : Il n'est pas listé ci-dessus, mais il combine les principes spatiaux et temporels en utilisant le MC comme cuspide de la 10e maison et en divisant ensuite l'espace en parties égales à partir du méridien, un cercle de position qui passe par les pôles célestes et le zénith/nadir (des points dans l'espace), tout en prenant également en compte la division temporelle de la journée.

Il est important de noter que la classification entre "espace" et "temps" n'est pas toujours nette et peut être sujet à interprétation, car même les systèmes basés sur l'espace doivent tenir compte de la rotation de la Terre (et donc du temps) pour être appliqués concrètement dans un thème natal.


Liste :
https://www.astro.com/faq/fq_fh_tricks_f.htm
maisons égales
Alcabitius
Campanus
égales/MC
égales
Carter poli-equatorial
horizon/azimut
Sunshine
Sunshine alternatif
Koch
Pullen S-delta
Morin
signes entiers, 1 = Bélier
Porphyre
Placidus
Pullen S-ratio
Regiomontanus
Sripati
Polich/Page ("topocentrique")
Krusinski-Pisa-Goelzer
égales Vehlow
égales, signes entiers
système rotation axiale/méridien
APC

 

 

Les systèmes de maisons peuvent être classés en deux catégories principales selon leur méthode de division de la sphère céleste : les systèmes basés sur l'espace et les systèmes basés sur le temps.

Systèmes de Maisons basés sur l'Espace (Space-Based Systems): Ces systèmes divisent la sphère céleste en segments égaux en utilisant des points fixes dans l'espace, tels que l'horizon ou l'équateur céleste, pour définir les cuspides des maisons.

Les systèmes de maisons basés sur l'espace incluent :

  • Campanus : divise l'espace céleste au-dessus et en-dessous de l'horizon en douze parties égales, basé sur l'espace.
  • Regiomontanus : divise l'équateur céleste en douze parties égales.
  • Méridien : divise l'espace céleste en douze parties égales à partir du méridien.
  • Carter (poli-équatorial) : divise l'équateur en douze parties égales à partir de l'ascendant.
  • Krusinski-Pisa-Goelzer : utilise un grand cercle virtuel tracé à travers l'ascendant, le zénith, le descendant et le nadir, divisé en douze segments de taille identique.
  • Topocentrique ou Polich-Page : bien qu'il utilise une approche temporelle dans sa construction, il est souvent classé comme spatial car il définit les cuspides des maisons en utilisant des points fixes dans l'espace.

Systèmes de Maisons basés sur le Temps (Time-Based Systems): Ces systèmes utilisent le mouvement diurne des corps célestes pour diviser la sphère céleste, ce qui signifie que les divisions sont dépendantes du temps que les corps célestes passent au-dessus de l'horizon.

Les systèmes de maisons basés sur le temps incluent :

  • Placidus : divise les phases de mouvement des corps célestes au-dessus et en-dessous de l'horizon en parts de taille égale, basé sur le facteur temps.
  • Koch (système de maisons du lieu de naissance) : utilise le laps de temps que le zodiaque du MC a passé au-delà de l'horizon depuis son lever.
  • Pullen SD (Néo-Porphyre) : bien que dérivé du système de Porphyre, il utilise une approche temporelle dans la détermination de la taille des maisons.

Ces systèmes basés sur le temps prennent en compte la rotation de la Terre et le temps que les étoiles et les planètes passent au-dessus de l'horizon pour déterminer les divisions des maisons, ce qui les rend plus complexes à calculer, surtout dans les hautes latitudes où la durée du jour et de la nuit peut varier considérablement.

En résumé, les systèmes basés sur l'espace sont généralement construits en utilisant des points fixes ou des grands cercles tandis que les systèmes basés sur le temps sont construits en prenant en compte le mouvement apparent des corps célestes en relation avec la rotation de la Terre.